Le régime Slim Data – Perdez du poids avec Slim Data

Le régime Slim Data – Perdez du poids avec Slim Data

février 24, 2020 Non Par Camille Leroy


Bref

Perte de poids

probablement

Choix alimentaires

Variété moyenne

En pratique

Modérément facile à suivre

attention

Ce régime peut induire l’effet yo-yo, car il impose des limites au choix des aliments en fonction de la phase du régime.

Les origines

La méthode Slim-Data a été développée par le Dr Yann Rougier, médecin spécialisé en neurobiologie et nutrition après 25 ans d’expérience. Le Dr Rougier a découvert qu’au début du 21e siècle, les aliments que nous mangeons ont plus changé en 50 ans qu’au cours des 50 années précédentes, en raison de la surutilisation d’additifs alimentaires, du raffinage des aliments, etc. Selon lui, le corps humain n’avait ni le temps ni la force de s’adapter à la transformation très rapide des aliments modernes, ce qui aurait provoqué un déséquilibre dans notre système digestif.

Les grands principes du régime Slim-Data

Les objectifs

  • Perte de poids

  • Gagnez en vitalité

Les grandes lignes

Le régime Slim-Data est basé sur le principe que personne n’est responsable de l’embonpoint. L’excès de poids est étroitement lié à une perturbation progressive du système digestif, en lien avec la qualité et l’équilibre général de l’alimentation, conduisant le cerveau à exiger un excès de nourriture dont il n’a pas vraiment besoin. Ces excès sont également appelés «faux appétits». Chaque personne aurait une mémoire amincissante et pourrait la réveiller par la méthode Slim-Data.

Selon l’auteur, il y a une grande différence entre ce que nous mangeons (indice calorique), ce que nous digérons (indice enzymatique) et ce que nous métabolisons (indice d’insuline). La méthode Slim-Data, qui signifie ” Minceur avec le taux de métabolisme le plus bas »Combine les 3 indices et indique donc la capacité de stockage de chaque aliment. L’indice Slim-Data est donc un indice de “perte de poids” compris entre 0 et 100. Plus il est bas, plus il favorise la perte de poids.

principes

Les aliments sont classés en 4 zones selon l’indice Slim-Data:

Zone verte = Aliments à consommer librement (faible force de stockage)

Index Slim-Data: 0 à 35

Exemples alimentaires: légumes (asperges, chou-fleur, haricots verts), agrumes, son de blé / avoine, amandes, tofu, fromage, yaourt nature, lait écrémé, viande blanche, viande rouge, crevettes, œufs en coquille (sans gras et sans dessert)

Zone orange = Aliments à consommer en phase 1 avec des aliments de la zone verte (force moyenne de stockage)

Index Slim-Data: 40 à 55

Exemples d’aliments: avocat, betterave, jus de légumes, la plupart des fruits, noix de cajou, noix du Brésil, céréales de petit déjeuner, orge, riz brun, couscous, son, haricots, lentilles, viande d’organe, poisson pané, céréales pois chiches, huile d’olive 1c’était pressage à froid, crêpe nature, gaufre nature, crème glacée, café non sucré, vin rouge de qualité.

Zone rouge = Aliments à consommer en phase 2 avec des aliments de la zone verte ou orange (très grande résistance au stockage)

Index Slim-Data: 60 à 80

Exemples d’aliments: carottes bouillies, bananes mûres, jus de fruits, dattes, biscuits, gâteau de riz, pain blanc, riz aux pommes de terre blanches, bacon, jambon, saucisse, œuf brouillé, lait entier, lait entier, beurre, mayonnaise, olives Nutella noir, vin.

Zone violette = Aliments à éviter en tout temps

Index Slim-Data: plus de 80

Exemples d’aliments: arachides, baguettes, frites, charcuterie, beurre d’arachide, ketchup, bière.

Les aliments doivent être combinés au cours du même repas pour réduire les Slim-Data globaux du repas complet. L’indice Slim-Data d’un repas est calculé en faisant la moyenne des indices Slim-Data des aliments qui le composent.

Ce programme de perte de poids comprend trois phases:

Phase 1 (3 semaines): le Slim-Data des repas doit être compris entre 40 et 45. Il doit comprendre 3 unités alimentaires de la zone verte ou 2 de la zone verte et 1 de la zone orange. Vous devez éviter de consommer des aliments de la zone rouge.

Phase 2 (3 semaines): les Slim-Data des repas doivent être compris entre 40 et 45. Vous devez choisir 2 aliments de la zone orange et 1 de la zone verte ou un menu de la phase 1. Deux fois par semaine, la personne a le droit de consommer 1 unité dans la zone verte, 1 dans la zone orange et 1 dans la zone rouge.

Phase 3 (stabilisation): les Slim-Data des repas doivent être compris entre 50 et 55. Vous devez choisir les menus de la phase 1 ou de la phase 2. Deux fois par semaine, il est possible de choisir une unité dans la zone verte et deux dans la zone rouge.

Information complémentaire:

  • Chaque repas se compose de trois unités alimentaires et doit contenir une source de protéines. Une unité alimentaire peut être un aliment ou un plat composé.

  • La combinaison de 3 unités dans la zone rouge doit être limitée (maximum une fois par semaine).

  • Une ou deux fois par mois, autorisez les aliments de la zone violette.

Mécanismes d’action

présumé

La plupart des aliments industriels raffinés ont un indice Slim-Data très élevé. Ces changements alimentaires perturbent notre métabolisme, provoquant des sécrétions d’insuline fréquentes et des attaques mineures d’hypoglycémie. Le cerveau déclenche alors de faux appétits en exigeant de la nourriture, même lorsqu’elle n’est pas nécessaire, ce qui perturbe le centre de satiété et provoque une consommation excessive de calories et, à long terme, une prise de poids. La seule solution pour perdre du poids est le rééquilibrage métabolique général et la rééducation du centre de satiété. Pour ce faire, il suffit de mieux connaître les aliments, en les combinant pour réduire le Slim-Data global (indice de stockage) des repas. Par conséquent, cela supprimerait l’hypoglycémie, contrôlerait le faux appétit, régulerait l’appétit, éveillerait la mémoire graisseuse des cellules graisseuses et réduirait l’apport alimentaire sans effort.

démontré

Ce programme n’a pas fait l’objet d’études scientifiques: aucune donnée ne prouve son efficacité. Cependant, certaines études ont analysé les aliments à faible indice glycémique (l’un des indices utilisés pour classer les aliments et leur indice Slim-Data). Les aliments à faible indice glycémique seraient plus satisfaisants, mais cela ne signifie pas nécessairement que la consommation d’aliments à faible indice glycémique entraîne une perte de poids. Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune association entre l’indice glycémique, l’apport énergétique (calories) et le poids corporel (Raben, 2002, Sloth et al.2004).

Un autre indice utilisé pour classer les aliments et son indice Slim-Data est l’indice de calories. Plus un aliment a une faible teneur en calories, mieux il sera classé. Sans aucun doute, il est bien démontré dans la littérature scientifique qu’un régime hypocalorique a des effets bénéfiques sur le poids (Dubnov-Raz et al., 2010). Cependant, ce régime précise que l’indice principal utilisé est l’indice d’insuline, ce qui limite l’utilisation d’un régime hypocalorique à titre de comparaison.

Menu typique du jour

Repas du matin

1 tranche de pain de levure entière avec 1 t. miel ou confiture
1 yaourt aux fruits
1 orange
1 thé non sucré

Le déjeuner

Divers crudités
Côte de veau grillée aux champignons et petits pois sautés à l’ail
fruit
1 verre de vin rouge de qualité

Repas du soir

Saumon fumé avec 1 tr. pain de levure entier et 1 c. crème fraîche à l’aneth
Poitrine de poulet rôtie sans peau avec ratatouille
Fruits rouges et fromage cottage

Avantages et inconvénients

Satiété et bien-être

Un apport adéquat en protéines à chaque repas est garanti par ce régime, qui donne une sensation de satiété. Cependant, la variété des aliments dans la phase 1 est limitée et la plupart des produits céréaliers doivent être évités pendant cette phase. L’apport en fibres peut alors être insuffisant et ainsi réduire l’effet rassasiant des produits céréaliers à base de fibres. Puisqu’il n’y a pas de notion de quantité, le participant est invité par l’auteur à écouter ses signes de satiété et même à réserver une place pour le dessert. Selon l’auteur, le concept de comptage des calories, des restrictions alimentaires, des aliments interdits est interdit dans ce régime et c’est ce qui ferait le succès de ce régime et aurait des effets bénéfiques en termes de stress et de bien-être. être. En revanche, même si l’auteur dit qu’il n’interdit aucun aliment, il n’en demeure pas moins que la phase 1 de ce régime interdit un bon nombre d’aliments et cela pour tous les groupes alimentaires.

En pratique

Si le participant n’apporte pas le livre, il peut être relativement difficile de suivre ce régime à l’extérieur (sauf si vous connaissez par cœur les différents aliments dans chaque zone et les associations à ne pas faire). La notion de faire et de ne pas faire peut également rendre difficile le suivi de ce régime. L’auteur a également intégré une section avec différents types de restaurants (fast-food, chinois, italien, etc.), qui fournissent quelques idées de repas avec peu de données. De plus, il existe des applications pour smartphones pour découvrir l’index des données rares d’un aliment ou d’un plat sorti.

Perte de poids

Il est difficile d’évaluer le nombre de livres ou de kg de poids que ce programme générera, mais il est presque garanti de provoquer une perte de poids, en particulier dans la phase un car cette phase est faible en glucides (le choix des pains et des alternatives, ainsi que divers fruits est limité). Le succès à long terme est moins probable, car il existe des limites strictes à la fréquence de consommation de divers aliments sains et le calcul de quelques données sur les repas peut être un facteur d’abandon pour beaucoup.

attention

Ce régime peut induire l’effet yo-yo, car il impose des limites au choix des aliments en fonction de la phase du régime.

Mon commentaire

Le régime Slim-data n’a pas de sens, mais il impose des restrictions inutiles et non fondées pour induire une perte de poids saine et un maintien à long terme.

écrit : Hélène Baribeau, nutritionniste Dt.P., M.Sc.
examen: Janvier 2013

références

bibliographie

Dubnov-Raz G, Berry EM. Approches alimentaires de l’obésité. Mt Sinai J Med.2010; 77 (5): 488-498.

Raben A. Faut-il conseiller aux patients obèses de suivre un régime à faible indice glycémique? No. Obes Rev. 2002; 3 (4): 245-256.

Sloth B, Krog-Mikkelsen I, Flint A, Tetens I, Bjorck I, Vinoy S, et al. Aucune différence de poids corporel n’a diminué entre un régime à faible indice glycémique et un régime à indice glycémique élevé, mais a réduit le cholestérol LDL après un apport ad libitum de 10 semaines du régime à faible indice glycémique. Suis J Clin Nutr. 2004; 80 (2): 337-347.

Promotion chez notre partenaire