Actualité minceur : Perte de poids après avoir arrêté de boire #BodyCleanseMeals

Actualité minceur : Perte de poids après avoir arrêté de boire #BodyCleanseMeals

février 20, 2020 Non Par Camille Leroy


Perte de poids après avoir arrêté de boire #BodyCleanseMeals

Qu’est-ce que le régime Paleo, que représente-t-il? À qui appartient le régime paléo? Ce régime paléo fonctionne-t-il vraiment? Où pouvez-vous trouver des exemples du régime Paléo? Après tout cela, l’Ego répondra dans la section ci-dessous.

Alors, quel est exactement ce régime Paleo? Ce régime paléolithique ou paléo représente la tentative, en compagnie de l’homme moderne, de revenir au régime supposé de leurs ancêtres, basé sur cette conviction que, selon la coexistence avec ces régimes, ils ont subi le pas avec de nombreuses maladies moderne aujourd’hui.

Par la suite, une véritable affection semblable à l’hypertension, ces problèmes vasculaires utérins, le diabète, les maladies cardiaques et analogues étaient exceptionnels ou pratiquement inexistants en leur temps. Certes, ils avaient d’autres clauses à traiter, mais c’est très révélateur, car cette heureuse circonstance atteste de la saine alimentation de nos ancêtres. Par conséquent, nous espérons que si nous voulons inverser certaines de ces exigences ou jouir d’une meilleure santé, nous devons certainement agir en adoptant l’adoption du bruit comme une partie exclusive de notre stratégie dans l’entreprise de soins de santé. Ce régime consisterait essentiellement à prendre sensualité à la faim, aux noix, graines et fruits. Également connu ci-dessous comme le nom de famille dans le régime paléolithique ou hominien s’est avéré être des grottes, Islandui a été, dans cette lumière, des allégations modernes sûres, une exclamation de ce régime féminin.

En ce qui concerne ce régime alimentaire comestible, la période qui reste avec nos ancêtres considérés est essentiellement l’ère paléolithique (d’où le nom de famille du régime) – une période rare de près de 2,5 unités d’années après laquelle l’ascension s’est achevée pendant environ 10 000 ans, avec celui défini dans l’entreprise de domestication des animaux et par rapport au bétail.

Ce fondement sous-jacent, avec la théorie, est l’hypothèse d’un désaccord évolutif, lui-même un sous-ensemble de la médecine évolutionnaire. Des germes en compagnie de l’hypothèse se retrouvent dans ces travaux prouvés dans les années 1970, avec Walter Voegtlin, le gastro-entérologue.

Principe du bruit, prenant la base croissante dont l’hominien est génétiquement adapté aux besoins nutritionnels, en même temps que la nourriture au Paléolithique. Ces besoins n’ont pas changé et sont ensuite restés adaptés au régime alimentaire de ces ancêtres. Malgré la disponibilité d’une grande variété d’aliments relativement nouveaux, de manière identique, ces légumineuses, céréales, produits laitiers transforment les aliments en calories – la sélumière primordiale de la plupart d’entre nous, les aliments modernes, le métabolisme humain selon l’hypothèse, ils restent insuffisants. Il en résulte une dégradation unique après seulement une assimilation inadéquate en compagnie de ces aliments dans le corps, conduisant à des problèmes de santé – inclinaison cardiaque, hypertension post-diabète, dont j’ai parlé plus tôt.

La réponse à cela était le régime paléolithique. Une rare hominarienne, Loren Cordain, a décidé d’acquérir des connaissances sur le terrain. Il a écrit le livre de tons “Ce régime paléo” en 2002, popularisé ce régime et, parmi les faits, c’était évidemment la seule autorité sur ce sujet en 2009 et a réussi à commercialiser avec succès cette conclusion “régime paléo”. À la fin des années 2000, ce régime a gagné en popularité. En s’appuyant sur certains messagers, celui d’une vocifération rare, naturelle et efficace.

Cela dit, la logique derrière le régime a été critiquée. Dans son intégralité, il a été critiqué sur la prémisse qu’il n’y a pas de déclarations concrètes pour montrer exactement ce que ces humains ont mangé en secouant cette période paléolithique. Deuxièmement, ces preuves montrent que l’homme paléolithique a mangé des légumineuses et des utérus. Troisièmement, l’hypothèse ultérieure selon laquelle ces humains sont adaptés à des régimes alimentaires locaux spécifiques n’est pas prouvée. De plus, ces êtres humains sont capables d’une plus grande flexibilité nutritionnelle unique, que ce régime ne leur donne rien dans la société de crédit et, finalement, que la période paléolithique était une période bizarre et extrêmement mince que l’existence humaine a connue dans les géographies proposer une cuisine différente.

De plus, il est lourd, que l’homme paléolithique n’ait pas souffert en même temps que l’inclinaison en compagnie de la richesse; diabète, etc. car cela n’est à aucun moment proche du développement. Néanmoins, l’argument ultérieur selon lequel la personne qui la soutient par rapport à ces vices est l’excès d’énergie comestible, contrairement à l’énergie utilisée, mais que cette consommation d’aliments spécifiques est plus convaincante.

Cela fait une impression particulièrement supposée, étant donné qu’en tant que navigateurs, nos ancêtres chasseurs-cueilleurs étaient constamment à la maison, voulant que ce processus soit brûlé s’ils avaient un excès d’énergie alimentaire. Ce féminin en même temps que la vie a été éliminée dans la société moderne et remplacé par le féminin unique en même temps que la vie sédentaire en qui ces opportunités offrent facilité et commodité contre l’achat de certains biens, a entraîné une activité corporelle avec moins pour moins, entre eux, un changement unique entre l’énergie que nous consommons. puis l’énergie dont nous avons vraiment besoin. Cet excès d’énergie, alors, privé de chemins en compagnie de la dissipation, est transcrit dans les graisses, les techniques obstruées, les organes envahis et, par conséquent, ces goûts de richesse que nous voyons aujourd’hui.

Alors, quel est le prochain régime? Examinons cela en détail. Nous l’avons déjà déclaré, y compris ce qui consiste essentiellement en viande éthique, en prenant des noix, des graines puis des baies pleines, en évitant ces cultures, les produits laitiers et ensuite les aliments transformés raffinés. Mais combien de temps après la narration pouvons-nous imaginer si ces visages doivent être pris? Bravo, acceptez l’affirmation selon laquelle les protéines contiennent de 19 à 35% de calories sûres dans ces régimes, avec les chasseurs-cueilleurs. Cordain dit que ce régime nécessite une quantité similaire, ce qui signifie plus avec des protéines qu’avec de la viande.

Il est supérieur au contrôle et à la prévention des maladies cognitives du United States Center, qui conseille la dérivation avec 10 à 35% de protéines sûres à partir de calories sûres. En outre, les partisans du régime alimentaire comestible stipulent que le contenu des régimes alimentaires réels du Paléolithique est supérieur à celui des régimes alimentaires modernes. Cependant, ces graisses devraient principalement comprendre des acides gras polyinsaturés et des acides gras oméga-3 véritablement acides et monoinsaturés; cependant, évitez ces oméga-6 après les gras trans.

Dans ce régime, la principale source de glucides est composée de ces fruits et légumes féculents, qui représentent essentiellement 35 à 45% des calories quotidiennes réelles. Cela identifie également un contenu élevé. Pendant la fibre, cependant, cela doit être obtenu à partir de légumes éprouvés et garantir ensuite des céréales sans féculents et des céréales garanties par Nenni. Cependant, l’Islande est d’accord, notant que le calcium manque dans le régime paléolithique et, pendant cette période, il devrait être complété en relation avec le pré-deuil pour la perte de minéraux osseux.

Dans les groupes alimentaires avers qui, selon la note du promoteur, n’ont presque jamais été consommés au Paléolithique, sont exclus de la société alimentaire. Ce sont certains aliments qui contiennent du gluten, essentiellement de vraies céréales, par exemple, de la même manière l’orge, ce blé puis le seigle; huiles transformées, sel, sucre raffiné, produits laitiers, légumes, de sorte que ces grains d’arachide. Encore une fois, cela rejoint l’observation selon laquelle ce café après emballage négatif n’est pas considéré comme identique au paléo patache. Pour nous, les ancêtres Nenni ne pouvaient pas les produire.

Cependant, ces arguments, alors, contre les raisons mises à la ration, ce régime de Paléo guide – Celui vraiment efficace près de prévenir ou de combattre ces effets avec aussi l’estime de ce diabète? Voyons voir

En 2007, une étude a été menée à Lindeberg sur 29 diabétiques présentant une intolérance au glucose constante seule ou un diabète rare de type 2. L’impact des cardiopathies ischémiques était commun aux deux. Ces individus ont été divisés en deux groupes puis soumis à un régime bizarre méditerranéen ou paléolithique. Régime méditerranéen uniquement Bien qu’il contienne principalement des graines entières, quelques produits laitiers faibles Dans des légumes gras éprouvés, des oranges, du poisson et des huiles sûres, après la margarine. Semblable à un régime paléolithique unique, il s’est échappé qu’un régime paléolithique unique ne contenait ni produits laitiers ni céréales. Les résultats étaient intéressants. Ils ont montré que oui, qu’il y aurait une nette amélioration avec cette tolérance au glucose dans ces deux groupes, l’amélioration s’est beaucoup plus formée dans ce groupe après ce régime paléolithique.

Cessé d’être retiré En 2009, une seule étude a été réalisée chez Jonsson après que ses collègues aient failli déterminer ces prérogatives contre cette santé du régime paléolithique de ces diabétiques policiers 2. Islandui devrait évaluer ce régime paléolithique et ce diabète. Ces résultats n’ont pris que plus de temps pour favoriser cet original, la constante après signalisation du régime paléolithique a prouvé des valeurs moyennes plus faibles pour l’hémoglobine A1c, la fourchette en même temps que la masse corporelle, cette pression technique diastolique, ces triglycérols, cette charge et le poids. lampe frontale pendant la coupe, des valeurs moyennes certainement plus élevées avec des lipoprotéines en même temps qu’une densité élevée.

Autres études; L’étude d’O’Dea sur ces effets du régime paléolithique bizarre sur 10 diabétiques constants tout en surveillant 2 indigènes dans le nord-ouest et en même temps que l’Australie dans les années 1980 atteste également, entre autres avantages, des régimes d’assurance paléolithique et réducteurs de sucre dans le sang.

Des preuves sûres dans la colonne vertébrale peuvent également être citées dans une étude non contrôlée par Osterdahls au cours d’un régime paléolithique de 3 semaines chez 14 personnes en bonne santé, dont l’une a montré que même cette consommation par l’achèvement obligatoire d’un régime alimentaire L’attaque paléolithique améliore la résistance du processus et ensuite, la tolérance au glucose, augmente la sensibilité à l’insuline, diminue la sécrétion d’insuline et améliore le profil lipidique sans mort avec la charge d’hominine sédentaire.

En tant que tel, mais il se vantait qu’un régime complet par rapport à un régime paléolithique devrait être complété par la vitamine D et le calcium dans lesquels il est déficient, tandis qu’une étude plus contrôlée doit être effectuée avant de faire des déclarations plus concrètes. fait dans sa prérogative, malgré cette santé, en compagnie de ce qui précède, il est évident qu’il ne considère pas Chez un régime diabétique, les preuves suggèrent que le régime paléolithique est un régime candidat viable, malgré les diabétiques.

Promotion chez notre partenaire