Actualité minceur : Aliments de perte de poids – Les 22 meilleurs brûleurs de graisse #LeanMealPlanForWeig

Actualité minceur : Aliments de perte de poids – Les 22 meilleurs brûleurs de graisse #LeanMealPlanForWeig

mars 20, 2020 Non Par Camille Leroy


google.com, pub-3345026159339632, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Aliments de perte de poids – Les 22 meilleurs brûleurs de graisse #LeanMealPlanForWeightLoss

Qu’est-ce qui a élevé le régime paléo, que représente-t-il? À qui appartient le régime paléo? Est-ce que ce régime paléo fonctionne vraiment comme ça? Où pouvez-vous accéder à quelques exemples du régime Paléo? Après toutes ces questions, je répondrai dans la chronique ci-dessous.

Alors, quel est exactement ce régime Paleo? Ce régime paléolithique ou paléo représente ce test par rapport à l’hominiano moderne en ce qui concerne le retour au régime supposé par rapport à ses ancêtres courtisés dans cette croyance, y compris la glace, alors qu’ils vivaient dans l’entreprise à l’égard de tels régimes, ils n’ont pas souffert beaucoup de tendances modernes aujourd’hui.

Ainsi, les maladies prouvées telles que l’hypertension, les événements cérébrovasculaires imprévus, le diabète, les maladies cardiaques après similaires étaient parfois rares ou pratiquement inexistantes en leur temps. Certes, ils avaient d’autres exigences à affronter, mais cela prouve que cette heureuse circonstance témoigne en même temps que cette nourriture saine, gardant nos ancêtres. Donc, donc, nous attendons nous-mêmes de qui Supposons que nous souhaitons nous-mêmes en revenir en même temps que ces formalités ou profiter de cette santé moins unique et meilleure, nous devons certainement exécuter la partie adoption avec ton, nous conduisant à la stratégie dans le maintien de la santé. On dit que ce régime était composé principalement de perte de poids, d’ingestion de noix et de graines après les fruits. Ce patronyme est également moins connu en ce qui concerne le régime paléolithique ou les grottes artificielles. Cela a été à la lumière de certaines affirmations modernes, un régime dévoré par la femelle.

Parmi les préoccupations de ce régime, cette période par rapport à nos ancêtres a considéré essentiellement l’ère paléolithique (d’où le nom du régime) – une période unique d’environ 2,5 unités d’années à partir de là. Levure terminée il y a environ 10 000 ans, avec cette définition en relation avec la domestication des animaux après la reproduction.

La justification sous-jacente pour soutenir la théorie soulève l’hypothèse d’un désaccord évolutif, qui est lui-même bizarre sous la cohérence en même temps que la médecine évolutionnaire. Ces germes avec l’hypothèse se retrouvent dans les travaux éprouvés des années 1970 par Walter Voegtlin, ce gastro-entérologue.

Son principe, lorsqu’on considère l’Orient comme le hominien naissant, est génétiquement adapté aux besoins nutritionnels par rapport à cette nourriture au Paléolithique. Ces besoins n’ont pas changé après qu’ils sont restés adaptés au régime alimentaire de ces ancêtres. Malgré la disponibilité d’une variété unique et formée de légumineuses relativement nouvelles et coûteuses, ces cultures, ces produits laitiers et plats transformés sont libérés en fonction des calories – ce capital augmente beaucoup par rapport à notre alimentation moderne, le métabolisme humain suit le hypothèse, ils restent insuffisants. Cela se traduit par une détérioration après une assimilation inadéquate en compagnie de ces gars dans cet organisme, conduisant à des problèmes de santé – goût, hypertension artérielle et diabète – bien, dont nous avons parlé plus tôt.

La réponse à cela était le régime paléolithique. Seul l’hominiano Loren Cordain a décidé, dans l’entreprise, de fabriquer des connaissances dans le monde. Il a écrit son livre “Le régime paléo”. En 2002, il a popularisé ce régime et, en fait, était une autorité manifestement bizarre sur cette question. En 2009, il a réussi à commercialiser avec succès cet après-midi le “régime paléo”. Pour ce résultat, dans quelques ans de 2000, ce régime a gagné en popularité parmi les services de messagerie, à savoir celui de protestation unique à ce naturel et plus tard à l’efficacité.

Cela dit, la logique derrière ce régime a été critiquée. Terminé en premier, il a été critiqué sur le principe qu’Icelui n’a pas annulé le certificat concret pour montrer exactement celui dont les êtres humains étaient imminents au Paléolithique. Deuxièmement, ces preuves montrent que l’homme du Paléolithique a mangé des légumineuses éprouvées, puis des cultures sûres. Troisièmement, l’hypothèse selon laquelle les humains sont adaptés à des régimes alimentaires locaux spécifiques n’a pas été prouvée. Entre autres choses, quels êtres humains sont capables d’une plus grande flexibilité nutritionnelle que cette nourrice leur donne, et, enfin, que cette période paléolithique était une période extrêmement oblongue que l’existence humaine a vu dans différentes régions géographiques, une cuisine différente.

De plus, l’Islandui est soutenu, dont l’homme paléolithique n’a pas souffert de prouver sa richesse; diabète, etc. puisque ce négatif n’a vécu dans presque aucun cas assez longtemps pour les développer. Mais, selon quelqu’un, l’inconvénient de ces goûts est l’excès d’énergie des aliments, contrairement à l’énergie utilisée, et non la consommation d’une cuisine spécifique, est plus convaincante.

Cela a un sentiment, surtout si je considère que, étant des butineuses, nos ancêtres chasseurs-cueilleurs étaient constamment en accord avec la mobilité, après que ce processus ait voulu brûler, le cas échéant, leur excès d’énergie de subsistance. Cette mode en compagnie de l’existence a été éliminée dans la société moderne puis remplacée par la couture rare en relation avec la vie sédentaire, chez toute personne qui offre facilité après commodité l’obtention de biens réels après que le support a entraîné une activité matérielle unique en même temps que de moins en moins donc une incompatibilité entre l’énergie que nous consommons nous-mêmes. puis l’énergie que nous avons vraiment une obligation. Cet excès d’énergie, donc, privé de chemins en compagnie de la dissipation, est transcrit. Pendant les graisses, les styles obstrués, les organes violents et, par conséquent, le goût de l’afflux que nous nous voyons aujourd’hui.

Maintenant, quel est le régime alimentaire comestible? Examinons cela en détail. Nous déclarons nous-mêmes qu’il est essentiellement constitué par rapport à la sensualité émaciée, en même temps que les noix, en même temps que les graines, tandis que nous prenons des baies totales. Pour éviter ces utérus, ces produits laitiers et ces aliments transformés raffinés. Néanmoins, en quelle quantité et dans quelle proportion, peut-on se poser l’hypothèse que ces plats doivent être pris? Hé bien, l’affirmation est que ces protéines représentent 19% à 35% des calories prouvées dans ces régimes de chasseurs-cueilleurs. Cordain dit que le régime alimentaire ne nécessite qu’une quantité similaire, ce qui signifie prendre plus de protéines tout en mangeant de la viande.

Celle-ci est supérieure à celle du Center for Disease Control and Prevention des États-Unis, qui conseille cette dérivation en compagnie de 10 à 35% de certaines calories protégées par des protéines. De plus, les partisans du régime de subsistance stipulent que cette teneur en matières grasses, selon certains régimes paléolithiques, est plus élevée que les régimes assurés modernes. Cependant, ces graisses devraient principalement inclure certaines graisses polyinsaturées puis monoinsaturées et oméga-3, mais éviter les acides gras oméga-6 et trans.

Dans ce régime, cette principale source de glucides est constituée d’agrumes issus de légumes non féculents, qui représenteront essentiellement 35 à 45% des calories réelles quotidiennes. Il a également une teneur élevée en fibres, cependant, il doit être dérivé de légumes, puis de fruits sans amidon et de céréales non assurées. Cependant, il est conseillé, en compagnie de ceux qui écrivent, que ce calcium manque dans ce régime paléolithique et, parmi beaucoup d’autres, il doit être complété pour éviter ce deuil en prenant des minéraux osseux.

Les groupes d’aliments évidents qui, suivant les conseils du promoteur, sont à peine ou en tout cas ingérés au Paléolithique, sont exclus de l’alimentation. Ce sont des aliments qui contiennent du gluten, des céréales essentiellement garanties, par exemple de l’orge identique, que du blé après seigle; huiles transformées, conscience, sucre raffiné, produits laitiers, légumes ainsi que haricots et arachides. De même, en de rares occasions, il accepte d’écrire pour qui ce café et ce cognac ne sont pas considérés comme le même paléo bus. Pour nous, les ancêtres ne pouvaient pas le produire.

Mais ces raisons expliquent-elles alors en partie que le régime alimentaire de Paléo est vraiment le seul efficace pour prévenir ou combattre les effets du goût diabétique? Voyons voir

En 2007, à Lindeberg, une étude a été menée sur 29 diabétiques constants présentant une intolérance au glucose unique ou un diabète sucré avec 2 réponses correctes.L’impact de la cardiopathie ischémique a été le regroupement par paires. Ces individus ont été divisés en deux groupes, après avoir suivi uniquement le régime méditerranéen ou paléolithique. Un régime méditerranéen Selon comprend essentiellement des gamètes entiers, certains produits laitiers faibles. Lors de certains légumes gras, pamplemousse éprouvé, poisson, huiles garanties avec cette margarine. Semblable au régime unique du Paléolithique, il s’est échappé duquel un régime paléolithique ne contient ni produits laitiers ni céréales. Ces résultats étaient intéressants. Ils ont montré que, de façon appropriée, il y avait une amélioration nette rare et furieuse en compagnie de ce glucose toléré dans ces deux groupes, l’amélioration était beaucoup plus importante dans ce groupe après le régime paléolithique.

Plus éloigné Selon 2009, une étude a été menée à Jonsson, puis ses confrères ont déterminé ces bienfaits proches de cette santé du régime paléolithique chez les diabétiques de caractère 2. Il s’agissait d’évaluer ce régime paléolithique après ce diabète. Ces résultats ont rarement favorisé la première fois, ces patients suivant ce régime paléolithique rapportent des valeurs moyennes d’hémoglobine A1c plus faibles, un indice de masse corporelle, une pression d’activité diastolique, une triglycérose et la charge après cette flèche d’élagage, avec des valeurs moyennes supérieures garanties proches de ces lipoprotéines de haute densité.

Autres études; L’étude d’O’Dea sur les effets d’un régime paléolithique sur 10 diabétiques constants qui prenaient des natifs de type 2 du nord-ouest de l’Australie dans les années 1980 atteste également, entre autres privilèges, les véritables régimes paléolithiques, les qualités d’abaissement avec ce sucre dans le sang.

Des preuves prouvées dans le pilon peuvent également être évaluées à partir d’une étude unique et non contrôlée d’Osterdahls, pendant 3 semaines d’un régime paléolithique unique chez 14 individus en bonne santé, dont l’un a montré que même cette consommation de bulles provenant d’un seul type de régime, le paléolithique améliore l’étirement de l’activité après la tolérance au glucose, augmente la sensibilité à l’insuline, diminue la sécrétion d’insuline et améliore le profil lipidique, excluant le deuil en même temps que le poids avec l’hominidé sédentaire Selon chambrière santé.

Cependant, ceux qui ont également déclaré qu’un régime complet pour un seul régime paléolithique devrait être complété par la prise de cette vitamine D, puis du calcium dans lequel il est déficient, puis une étude plus contrôlée devrait être effectuée avant laquelle seule la déclaration peut – être concret sur sa prérogative, malgré cette santé, dans l’entreprise prédominante en même temps que cela est évident. Compte tenu du régime diabétique rare, les preuves suggèrent que le régime paléolithique est un régime candidat viable rare pour les diabétiques. .

Promotion chez notre partenaire

google.com, pub-3345026159339632, DIRECT, f08c47fec0942fa0